top of page

Le coaching, l'avant-gardisme d'une relation à impact.

Le coaching existe depuis des années, et si peu connu qu'il soit toujours, il suscite au mieux des interrogations, au pire du rejet voire de la médisance. Il faut dire, et nous devons le concéder à ses détracteurs, le coaching est un terme générique, un mot valise qui englobe tout un tas de professions liées de près ou de loin à de l'accompagnement. Moi-même, je recherche en permanence un terme français qui décrirait fidèlement cette fonction et c'est bien compliqué.

Le coach ici, c'est ni plus ni moins quelqu'un qui vous pose des questions sur un sujet dont vous souhaitez discuter en vue d'y apporter une avancée positive. Les deux points essentiels de la déontologie d'un coach c'est:

- la confidentialité

- la neutralité: un coach ne doit ni avoir d'avis ni de jugement sur ce que vous avancez.


Du coup, et partant de ce deuxième point, un coach ne donne pas de conseils. Et ce, selon moi, même s'il a une excellente expertise sur le sujet. Le but d'un coaching est de vous rendre acteur du sujet que vous souhaitez mettre sur la table.

Un coach recherche votre autonomie, à vous placer au centre de votre zone d'influence et vous questionne pour la développer. Les questions peuvent aussi vous confronter et le but reste toujours vous permettre d'éclaircir vos idées ou de les confirmer.


Un coaching, c'est partir du présent pour construire, créer, débloquer un futur proche.


Par exemple lorsque je suis intervenu, il y a peu, auprès d'un entrepreneur, j'ai débuté la séance avec ces deux questions:

- "Sur quoi veux-tu que nous travaillons aujourd'hui?

- J'aimerais bien définir maintenant ma clientèle cible.

- En quoi c'est important pour toi de définir maintenant ta clientèle cible"?

- Parce que je patauge dans ma communication, dans la manière dont je présente mon entreprise et je décroche peu de clients."


Partant de là, en tant que coach, je l'ai questionné sur la manière dont il présente son entreprise et je lui ai demandé s'il souhaitait que nous construisions un discours solide; puis sur tout ce qu'il a mis en place comme communication, quels canaux, combien et quels types de retours, combien et quels types clients, ce qui les relient, etc.

Et en 2h, le travail fournit fût considérable. La construction de sa présentation d'entreprise lui a permis d'être plus fluide dans son discours commercial et lui a ouvert de nouvelles possibilité de communication.

Durant ces deux heures, trois types de langage sortent de ma bouche:

- le questionnement ouvert,

- la reformulation,

- l'itération.


Une relation à part...


La force d'un coaching, c'est la création d'échanges dans une relation unique dans votre univers. Vous n'êtes ni avec votre compagnon/compagne, ni votre meilleur.e ami.e, ni votre responsable hiérarchique, ni un parent. Il n'y a donc aucun biais conversationnel.

Lorsque vous êtes avec un proche, il peut y avoir de la pudeur parfois à exprimer certaines idées, certaines ambitions, certains désirs, certains projets. Non pas forcément parce qu'ils sont intimes mais peut-être parce qu'ils sont nouveaux et vont surprendre votre proche qui pourrait les prendre avec une distance qui n'est pas concordante avec la manière dont vous ressentez ces idées et ambitions. Autre biais, nos proches peuvent facilement, avec les meilleures intentions du monde, nous donner des conseils. Ces conseils peuvent être aidant à la réflexion mais comme nous ne parlons jamais que de nous-mêmes, ce sont des conseils qu'ils se donneraient à eux-mêmes s'ils étaient à votre place.


Avec son manager, une relation de coaching est possible sur des items précis liés à des fonctions de notre poste, sur une ou des actions qui nécessitent de travailler certaines compétences. C'est une position de coaching superficiel mais incontournable pour devenir un bon manager et qui permet une montée en compétences de ses collaborateurs. Prenons l'exemple d'un conseiller clientèle à la suite d'un rdv:

- Qu'as-tu pensé, non pas de toi, mais du rdv?

- Qu'as-tu bien fait?

- Qu'est-ce que tu reproduiras au prochaine rdv?

- Qu'améliorerais-tu?

- Comment veux-tu que nous travaillons ce que tu souhaites améliorer?

- Etc.


Pour autant, jusqu'où sommes nous prêts à nous ouvrir sur des sujets plus angulaires sur notre carrière, nos ambitions et puis mon manager, qu'est-il capable d'entendre avec l'impartialité d'un coach?


...Une relation à impact.


Être en séance avec un coach, c'est un moment à soi où nous réduisons les influences externes. La seule influence, c'est vous sur vous-même dans une construction bénéfique.

Et ça, c'est unique.

Le premier degré de l'impact est dans le fait de parler de soi, de ce que vous faîtes, vos interrogations, vos réussites, de vos échecs pour les relativiser. Parler et se parler permet de comprendre et de se comprendre. Parler pour soi est déjà extrêmement énergisant.


Le deuxième degré de l'impact vient grâce à l'intervention du coach. Les questions, les reformulations, les itérations, les outils proposés vont vous inviter à une réflexion en autonomie plus poussée. C'est impossible d'atteindre cela seul. Vous vous rendrez compte de votre capacité à aller loin dans la compréhension des situations, la connaissance de soi, et dans la recherche de solutions. Se sentir capable grâce à soi-même, c'est se gonfler d'autosatisfaction et vous met dans une dynamique très positive.


Le troisième degré vient dans la projection et la construction d'un futur proche. Le coaching vous sort ou vous évite la position statique, déjà grâce au deuxième degré de l'impact évoqué ci-dessus, et aussi grâce à la mise en place d'actions visant à atteindre un objectif. votre objectif. Et ce qui est galvanisant dans le coaching, ce n'est pas seulement l'avancée grâce à des actions mais c'est de s'entendre. De s'entendre les trouver, les cheminer, les construire par vous-même. De s'entendre se les fixer, c'est aussi un gage envers soi-même de les respecter. C'est encore une fois là, s'entendre que vous êtes capable et cette fois-ci capable d'avancer. Avancer grâce à vous-même.


Cette dynamique est générale. Comme une onde, se mettre en dynamique sur un sujet important aura un effet entraînant plus large sur différents secteurs de notre vie.



Coach: un mot, mille fonctions. Mille fonctions, cent mille individus.

J'admets que je suis content de ne pas avoir moi-même à rechercher un coach puisque j'en connais beaucoup, ayant rencontré des pairs lors de mes diverses formations. Pourquoi cela me sort une épine du pied? Parce que le marketing du coach est comme la multitude de fonctions et donc d'individus, éclectique.


La personnalité égale aux compétences.


Une séance de coaching, c'est un moment en face à face durant lequel vous allez parler de vous et l'alchimie de personnalités est un point essentiel. C'est d'ailleurs un point essentiel pour tout type de relations dans lesquelles nous souhaitons être à l'aise de communiquer librement.

Les compétences vont se situer autour d'un diplôme de coach, d'une certification dans une école, les autres diplômes ou formations suivis sur quelques outils de communication divers. Mais bon...finalement que connaissez-vous réellement de la valeur de telle ou telle école dans laquelle le coach a eu son diplôme ou certification? Que connaissez vous des autres formations suivies sur tel ou tel outil?

Le point à retenir de voir qu'un coach possède plusieurs formations et/ou diplômes, c'est conclure qu'il se forme régulièrement, que ces formations l'aident également lui-même à se connaître et à se comprendre, qu'il aime son métier, qu'il a une vraie envie d'apporter à son métier des facettes et des compétences supplémentaires.


La boîte à outils d'un coach est une bonne indication de la manière dont le coach a envie de s'investir dans son métier et il existe des outils vraiment intéressant.

Pour autant, j'ai déjà été coaché puissamment des heures durant sans que le coach me propose un seul outil car ce qui est encore plus puissant que l'outil, c'est la perspicacité du coach dans son questionnement et ses techniques de langage, sa capacité à analyser votre non-verbal pour soit vous stimuler soit vous laisser du temps à la réflexion, à s’intéresser à vous et votre environnement et à son adresse à vous mettre au premier plan de l'influence de votre vie.

Et ces aptitudes là, vous les constaterez lors du premier échange avec le coach pour une première prise de contact entre vous deux. Premier échange normalement gratuit et à l'issue duquel il est primordial de se demander: est-ce que ce premier échange m'a fait du bien? Me fait-il déjà ressentir la sensation que j'ai déjà un peu avancé? Ai-je envie de continuer avec ce coach?


Les spécialisations, le marketing du coach.


Afin de répondre à une demande spécifique, les coachs se sont créés des statuts spécifiques. Par exemple, afin de coacher des cadres dirigeants, des coachs se nomment "coach de cadres dirigeants". Il y aussi des femmes coachs qui se spécialisent dans l'accompagnement uniquement de femmes. Ces deux types de coachs vont rassurer des clients qui vont pouvoir s'identifier à ces dénominations de statuts. J'exclus les coachings pour mineurs, pour ados et les coachings des hauts potentiels qui nécessitent à eux tous de vraies compétences humaines spécifiques tout d'abord et de vrais compétences techniques à part entière.

Le fait qu'un coach ait été cadre dirigeant pendant 30 ans n'est pas une caution de qualité pour coacher des cadres dirigeants. Une coach femme qui se spécialise dans le coaching pour les femmes ne signifiera pas qu'elle coachera les femmes mieux qu'un coach homme. C'est un élément marketing rassurant pour une cible. Tout comme le prix psychologique, la spécialisation induit que la coach est spécialiste dans un domaine particulier.


On ne coach pas un genre, on coach un individu. On ne coach pas un poste, on coach une femme ou un homme qui a notamment une fonction particulière.

L'expérience personnelle ou professionnelle d'un coach ne rentre pas en ligne de mir dans la qualité d'un coaching car si vous avez besoin de son expertise et/ou expérience dans ce cas vous aurez besoin d'un consultant.


Le sport comme souvent est à l'avance sur le monde de l'entreprise. Dans la préparation mentale, les meilleurs préparateurs que j'ai rencontré sont ceux qui accompagnent en même temps des footballeurs, des cyclistes et des basketteurs. Ce qu'on demande à un préparateur mental, ce n'est pas d'avoir des compétences dans tel ou tel sport mais c'est d'être compétent dans son domaine, c'est à dire la préparation mentale puisqu'un préparateur mentale n'est pas là pour apporter des compétences techniques sportives mais un entraînement mental.


C'est donc la même chose pour un coach. Ce que vous devez attendre d'un coach, c'est d'être compétent dans son domaine.S'il ne connaît votre domaine, le coach vous questionnera et ces questions vont aussi vous aider à éclaircir la vision de votre poste, de votre environnement etc.

D'ailleurs, il est bien plus intéressant de privilégier un coach qui n'a aucune expérience dans votre domaine car c'est la garantie supplémentaire pour un questionnement neutre, sans biais, sans intention.


Lancez-vous, demandez à des coachs de vous faire découvrir bénévolement le coaching. Expérimentez ces nouveaux échanges. Vous être maître du contenu et de leur profondeur. Et si vous êtes tombés sur un bon coach, alors vous y reviendrez.

Comentarios


bottom of page